Chute d’un réseau de pirates de cartes de crédit… et fin ?

 

Juin
28



D’envergure internationale, le réseau de pirates informatiques  trafiquait les données bancaires et numéros de carte de crédit volés sur internet. La police fédérale américaine a mis un terme à leurs escroqueries après deux ans d’enquête sur tous les continents.

Opération  » Card shop « 

Le FBI vient d’arrêter 24 présumés escrocs, accusés de piratages informatiques et de trafic sur les cartes de crédit. Notamment, ils revendaient des identités bancaires volées sur le net. A lui seul, Mir Islam, agissant sous le pseudo « Josh le Dieu », est soupçonné d’avoir volé et exploité les numéros de 50 000 cartes bancaires.

Pour mettre fin à ce trafic, le FBI a infiltré des agents, mené une traque numérique et les arrestations ont été simultanées dans 13 pays sur les 4 continents, du Japon à l’Australie en passant par la Norvège, la Bosnie,  l’Allemagne, le Royaume-Uni et New-York.

Preet Bharara, le procureur fédéral de Manhattan, salue ici la « plus vaste opération de police coordonnée au niveau mondial jamais connue, en ce qui concerne les crimes impliquant des cartes de crédit ». Quatre suspects en fuite sont activement recherchés.

Le carding business consistant à acheter ou revendre les données bancaires volées est malgré tout en forte expansion, tandis que les cyberattaques des banques se multiplient. Une récente attaque visant des banques américaines, latino-américaines et européennes a réussi à détourner 80 millions de dollars. Toutes les autorités et spécialistes de la cybersécurité sont en alerte.

Certes, l’opération du FBI donne un coup de semonce au monde de l’économie souterraine, les fraudeurs n’échappant pas à la transparence du web comme le soulignent les autorités. Mais pourquoi signaler aux pillards leurs points faibles, rassurer les commerces du web et les internautes ?