Les débits bancaires frauduleux touchent 2% des ménages français

 

Mar
11



D’après le rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publié le 5 mars, près de 2% des foyers français ont été victimes en 2010 de débits bancaires frauduleux. Cela correspond à 500 000 ménages et la moitié de ces fraudes ont été perpétrées en « conséquence d’un achat sur internet à l’aide de leurs informations bancaires », numéros de cartes, de comptes ou les identifiants de connexion.

Les fraudes portent sur de petits montants

Issus de l’enquête de « victimation » menée conjointement avec l’Insee, les chiffres de l’ONDRP portent sur un montant moyen de débit frauduleux de 750 euros, sachant que la moitié des fraudes déclarées sont inférieures à 250 euros.

Ces débits frauduleux n’ont été découverts qu’au moment de la consultation des relevés bancaires pour sept ménages sur dix. 60% des victimes ne savent pas comment leurs informations bancaires ont pu être captées.

Quatre ménages sur cinq ont été remboursés « de l’intégralité du préjudice » par leur banque et seulement un ménage sur deux a déposé plainte.

L’augmentation des plaintes

Le taux de plainte est en hausse, surtout pour les débits importants. Parallèlement, la part des ménages remboursés a également progressé.

Cependant, Alain Bauer, président de l’ONDRP, considère que l’indicateur des infractions économiques est « faussé » puisque, depuis 2011, le dépôt de plaintes pour escroqueries à la carte bancaire est rejeté dès lors qu’il ne s’agit pas d’un « vol » au sens strict de carte bancaire. Ainsi, ces fraudes ne sont pas comptabilisées.

Plus que jamais, l’ONDRP invite les usagers à « consulter régulièrement leurs relevés bancaires ».