Déc
10



Présent, en France, depuis 1826, le chèque constitue, aujourd’hui, l’un des plus anciens moyens de paiement mis à la disposition des usagers français, qui continuent, malgré la concurrence d’autres solutions, de lui faire confiance, celui-ci ayant, en effet, encore représenté, en 2011, un volume de transactions de 2,97 milliards d’euros, témoignant de l’attachement du grand public pour celui-ci.

L’engouement des Français pour le chèque, une exception au niveau européen

Alors qu’un certain nombre de nos voisins européens ont abandonné le chèque, les usagers français continuent d’accorder leur confiance à ce moyen de paiement, qui a, en effet, représenté, en 2011, pas moins de 17 % des transactions réalisées, loin devant les 5,5 % enregistrés au Royaume-Uni, par exemple, constituant une véritable exception, dont la principale conséquence est de limiter l’influence des autres solutions proposées, tels que les virements et les prélèvements, qui ont, quant à eux, représenté 36,5 % des transactions réalisées sur notre territoire, alors que la moyenne européenne s’établit à 52 %.

Les paiements par carte continuent à gagner du terrain auprès des usagers français

Ayant réussi, grâce à ses nombreux avantages, à convaincre le grand public, les cartes bancaires continuent, pour leur part, de connaître une progression rapide, représentant, aujourd’hui, plus de 45 % des paiements effectués, chaque français disposant de plus d’une carte de paiement en moyenne, alors que la monnaie électronique peine encore à s’imposer, ne représentant que 0,3 % des paiements réalisés en France, à l’heure où, de son côté, le commerce en ligne ne cesse de prendre de l’ampleur.